Connu pour avoir révélé des informations sur des crimes de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan, ainsi que sur les tortures à Guantanamo, Julian Assange est aujourd’hui lui-même devenu la victime d’«un grand crime», estime le journaliste et homme politique britannique George Galloway. Zoom sur les principales révélations sur les USA.

Pour George Galloway, journaliste et ancien membre du Parlement de Grande-Bretagne, les gouvernements équatorien et britannique devraient avoir honte suite à l’arrestation du fondateur de WikiLeaks Julian Assange qui a révélé à l’époque au monde plusieurs crimes commis par les troupes américaines en Irak et en Afghanistan.

«Je suis très choqué… Julian Assange était mon ami, et plus important il était l’ami de la vérité et l’ami du peuple. Il a révélé de grands crimes et aujourd’hui un grand crime a été commis contre lui», a-t-il déclaré au média russe RT

En effet, grâce aux informations secrètes fournies à WikiLeaks par l’ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning Julian Assange a fait une série de révélations compromettant Washington.

En avril 2010, l’opinion mondiale a été choquée par la vidéo «Collateral Murder» publiée par WikiLeaks et devenant le symbole de la tragédie de la guerre américaine en Irak. La vidéo, réalisée depuis un hélicoptère, montre des soldats américains assassinant 12 personnes, dont 2 enfants, un journaliste de Reuters et son chauffeur. Selon le communiqué officiel, il s’agissait de rebelles armés.

En juillet 2010, WikiLeaks a divulgué plus de 90.000 documents relatifs à la guerre en Afghanistan où des centaines des civiles ont été tués par les forces de la coalition. La même année, au mois d’octobre, l’organisation a mis en ligne près de 400.000 autres documents concernant le conflit en Irak, notamment des rapports confidentiels du Pentagone sur des abus, tortures et meurtres parmi les civils.

Publicités