La star brésilienne du PSG est présente dans une vidéo publiée par le dirigeant brésilien et tournée avec le Premier ministre d’extrême droite israélien. Il y accepte une invitation à venir en Israël.

La récente arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, président d’extrême droite, à la tête du Brésil a divisé le plus grand pays d’Amérique du Sud. Y compris parmi les sportifs et, donc, les footballeurs. Parmi les anciens joueurs du PSG s’opposent notamment Ronaldinho ou Lucas, pro-Bolsonaro, et Rai, qui avait confié sa « tristesse » dans les colonnes de L’Équipe.

En transférant l’ambassade brésilienne, Jair Bolsonaro marcherait dans les pas de Donald Trump qui a déplacé l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem en mai dernier.

Le président brésilien cherche à flatter son électorat évangélique, très attaché à Israël et qui a fortement contribué à sa victoire lors du scrutin d’octobre 2018.

Au sein du PSG actuel, aucun des Brésiliens n’a clairement affiché de position. Même si la presse locale affirmait que Neymar s’était notamment séparé de son ex-compagne à cause de motifs politiques (lui étant pour, elle contre), la superstar n’a jamais soutenu publiquement le président élu. Après une victoire à Marseille, fin octobre, Neymar avait simplement confié qu’il « regardait les résultats (de l’élection) dans le vestiaire. J’espère que Dieu utilisera (Bolsonaro) pour aider notre pays. J’espère que la volonté de Dieu sera faite. »

Mais ce mardi 2 avril, Neymar a fait son apparition dans une vidéo publiée par Jair Bolsonaro et ses équipes sur les réseaux sociaux. Le président brésilien se trouve à Jérusalem en compagnie du Premier ministre d’extrême droite Benjamin Netanyahou. Ce dernier invite alors Neymar et Gabriel Medina, champion de surf et ami du footballeur, à se rendre en Israël. Une invitation acceptée de la part des deux sportifs, comme on peut le voir dans la même vidéo.

Les réactions sur les réseaux sociaux ne se sont pas faites attendre. En effet de nombreux internautes accusent le joueur du PSG de fermer les yeux sur les crimes de guerre qui se déroule chaque semaines à Gaza ainsi que dans les territoires occupés par Israël en Cisjordanie.

En effet depuis le 30 mars 2018, des milliers de Gazaouis prennent part toutes les semaines aux manifestations pacifiques notamment appellée « marches du retour » le long de la frontière entre Gaza et les territoires occupés par Israël . Au moins 300 Palestiniens ont été exécutés par balles depuis cette date, au cours des manifestations ou dans des frappes d’avions de chasse israélien.

ℹVous pouvez désormais suivre votre média indépendant sur Facebook en cliquant sur le bouton «j’aime» 👇

Publicités