Une semaine après l’attentat terroriste visant deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande, de nombreuses femmes non-musulmanes ont décidé d’exprimer leur solidarité avec les victimes et se coiffant d’un foulard. Sur Twitter, elles publient leur photo avec le hashtag #HeadScarfforHarmony.

Cinquante personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées la semaine dernière par Brenton Tarrant, australien de 28 ans, militant d’extrême droite.
Avant de passer à l’acte, et de filmer en direct son massacre sur Facebook, il a publié sur Twitter un document de 73 pages intitulé « le Grand remplacement », thèse notamment soutenue et publicitée par l’intellectuel controversé Alain Funkelkrut et le polemiste Eric Zemmour . Ce document déclare que le tireur voulait s’en prendre à des musulmans. Un désir de vengeance qui serait né alors qu’il se trouvait dans une ville de l’est de la France.

Alors que le pays rendait jeudi hommage aux victimes, une semaine après, Rafaela Stoakes, 32 ans, expliquant vouloir ressentir quand on appartient à une minorité en couvrant ses cheveux.

De nombreuses femmes à travers le pays ont comme elle choisi de porter un foulard pour dire leur rejet de toute forme de haine et exprimer leur solidarité avec la communauté musulmane. Certaines publiaient des photos d’elles ainsi voilées sur les réseaux sociaux, sous le hashtag #HeadScarfforHarmony (« Foulard pour l’harmonie »).

Des foulards étaient également portés en signe de respect par des policières et des volontaires dirigeant les milliers de personnes venues se recueillir en face de la mosquée al-Nour jeudi 21 mars.

Pour beaucoup, porter un tel foulard était une première. « C’est fou comme je me suis senti différente ce matin quand j’étais dehors », a déclaré M. Stoakes à l’AFP. « J’ai ressenti beaucoup de regards perplexes, et même quelques-uns agressifs. »

« J’ai ressenti une forme de fierté dans le fait de rendre hommage à mes amis musulmans, mais je me suis sentie aussi très vulnérable et seule car j’étais la seule à en porter un. » « Il faut être très courageuse pour le porter tous les jours. »

« Aucune forme de harcèlement ne peut être admise »

Kate Mills Workman, une étudiante de 19 ans de Wellington, a de son côté posté sur Twitter un selfie de son visage couvert d’un foulard vert.

« Si je le pouvais, je me rendrais à la mosquée et je me mettrais à l’extérieur pour montrer mon soutien aux musulmans, mais j’ai des cours et je ne peux pas les manquer », a-t-elle dit à l’AFP.

La communauté juive de Nouvelle-Zélande avait notamment décidé vendredi de fermer ses synagogues le jour du Shabbat pour la première fois de son histoire, en signe de solidarité après le massacre causant la mort de 50 musulmans âgés de 3 à 77 ans.

ℹSi vous apprécierez notre travail et si seulement vous en avez les moyens vous pouvez soutenir Break News à partir d’1€ 🙏

PAYPAL: https://paypal.me/pools/c/83v6sIpURI

LEETCHI: https://www.leetchi.com/c/break-news

Publicités