Le 9 février, la photo d’un tag antisémite inscrit sur la vitrine d’un fast-food parisien a été diffusée sur les réseaux sociaux, suscitant l’indignation. On peut y voir, sur la devanture de l’enseigne, le mot «Juden» signifiant «juifs» en allemand.

De nombreuses personnalités hostiles au mouvement des gilets jaunes ont exprimé leur colère en attribuant cet acte au mouvement populaire. Le gérant affirme pourtant que «cela n’a rien à voir avec la manifestation».

Le journaliste controversé, proche de l’extrême droite israélienne, Frédéric Haziza n’a pas tardé, de son côté, à évoquer une «peste jaune», estimant que la dégradation s’inscrivait dans la continuité «des quenelles antisémites» ou encore des «slogans antisémites anti-Emmanuel Macron». «Comme le faisaient les nazis», a-t-il ajouté.

L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a également fait le lien entre le graffiti et la mouvement des gilets jaunes.

Pourtant selon la plate-forme Check-News de Libération publié le 10 février, le gérant est catégorique:

🗣 «Cela n’a rien à voir avec la manifestation. La manifestation n’est absolument pas passée dans notre quartier, et ce tag de toute façon a été effectué bien avant que la manifestation ne commence.»

Toujours selon Libération «rien ne permet à ce jour d’affirmer que ce sont des Gilets jaunes qui ont réalisé ce tag antisémite».

🔴Pour en savoir plus sur Break News

💻 https://breaknews.fr/2019/02/11/qui-est-break-news/

Publicités