C’est une nouvelle preuve de la déconnexion entre les Français et les politiques qui les gouvernent.

Souhaitant faire un geste vers les « gilets jaunes », Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, s’est pris les pieds dans le tapis et a commis une belle bourde. Alors qu’il se trouvait à la Sorbonne pour assister à la treizième édition des États de la France, ce jeudi 22 novembre, Gérald Darmanin a expliqué à son auditoire que le gouvernement devait s’efforcer de comprendre la colère des « gilets jaunes ».

Il a alors déclaré que Comme le rapporte Capital.fr, « si nous ne voulons pas être dans le Brexit intérieur (…), nous devons tous intégrer et pas seulement expliquer, mais entendre et comprendre, ce que c’est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros lorsque vous invitez quelqu’un et que vous ne prenez pas de vin ».

Une comparaison entre le revenu des Français les plus modestes et le prix des restaurants parisiens qui passe mal. En voulant montrer son empathie avec les travailleurs aux bas salaires, il a fait la preuve de sa totale déconnexion avec leur niveau de vie.

Même à Paris, il est possible d’avoir des « menus déjeuner » dans des restaurants étoilés dès 55 euros par personne. Dans ces conditions, « qui peut croire que nous vivons dans la même société? », a conclu Gérald Darmanin.

Il semble clairement qu’ils ne vivent pas dans la même que ceux qui doivent se débattre chaque mois pour survivre. En appelant à « écouter et entendre la détresse identitaire, sociale, qui n’est pas fondée que sur une question de pouvoir d’achat », le ministre a fait la preuve qu’il est très loin des préoccupations financières des Français les plus modestes.

France 3 Hauts-de-France note que le ministre a aussi salué l’action réformatrice du président de la République, estimant qu’Emmanuel Macron est « celui qui doit protéger, qui protège et comprend la détresse de notre peuple ». Pas sûr qu’il la comprenne vraiment quant à lui au vu de sa déclaration.

Publicités