La permaculture commence seulement à faire parler d’elle. Pourtant le principe d’une agriculture qui collaborerait avec la nature plutôt que de lui imposer des contraintes existe depuis des lustres déjà. Démonstration avec Yacouba Sawadogo qui, il y a quarante ans, a réussi à stopper la progression du désert et à fertiliser ses terres en s’alliant avec les plantes et la vie sauvage… Une vidéo magique et inspirante.

Dans son village du Burkina Faso, Yacouba Sawadogo est tout d’abord passé pour un fou. Après une année de famine, il a creusé des trous puis les a remplis de fumier et de déchets organiques. Son idée ? Retenir au maximum le peu d’eau qui tomberait à la saison suivante.

Il avait l’intuition que ça pourrait marcher, mais il ne se doutait pas encore que sa tentative allait être appuyée par la faune locale. Des termites ont en effet investi les trous de Yacouba Sawadogo et, à partir de là, ont construit un vaste réseau de galeries reliées les unes aux autres par de longs tunnels.

Du coup, lorsque la pluie s’est mise à tomber, l’eau s’est retrouvée piégée durablement par tous ces souterrains et a pu nourrir la terre et les plantes comme jamais elle ne l’avait encore fait par le passé. Yacouba Sawadogo a alors commencé à planter des arbres, ces arbres ont attiré des oiseaux et ces oiseaux, de par leurs déplacements, ont permis la naissance de nouveaux arbres dont les systèmes racinaires ont eux aussi permis de retenir l’eau et d’en faire profiter une terre désormais humide et ombragée.

Une sorte de cercle naturel et vertueux qui, en quarante ans, a fini par faire émerger une véritable forêt, par multiplier les rendements agricoles et par faire remonter la nappe phréatique.

Publicités